• SDNV et Asperger

    Nonverbal Learning Disability (NVLD) and Asperger’s Syndrome

    Based on this compensatory information, it shouldn’t be surprising that the
    socially obtuse, often rejected child, easily identified as the stereotypical playground
    isolate, who exhibits physical awkwardness, social ignorance, and inappropriate or
    inadequate verbiage, might well be demonstrating typical behaviors of a budding
    mathematician. Interestingly this description is consistent with features of children with
    Nonverbal Learning Disability (NVLD or NLD), which, in some ways resembles autism
    and, in others, Asperger’s Syndrome.
    (....) on the fact that NVLD currently is being recognized to be an independent syndrome on the Pervasive Developmental Disorder spectrum, recognized by the American Psychiatric Association (APA) and defined by the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-IV-TR, 2000), 

    Extrait de https://www.excelsior.edu/portal/page/p ... _randy.pdf

    Cet extrait résume l'opinion admise : l'originalité des individus SDNV tient au fait que certaines de leurs caractéristiques peuvent faire ressembler à la description de l'autisme mais aussi, à certains égards, à ce que l'on connaît du syndrome d'Asperger. Pourtant, le SDNV est bien reconnu comme un syndrome indépendant. Certains spécialistes l'incluent dans le spectre de l'autisme, d'autres dans la "famille" des divers troubles d'apprentissage. Le SDNV est en fait à la croisée de ces deux "classifications" et des diverses spécialités médicales. C'est bien un trouble d'apprentissage en soi, conséquence d'un syndrome d'origine neurologique, qui dépasse cependant largement du cadre scolaire. En effet, les premiers signes discrets sont là dès le départ, avant l'entrée en maternelle. L'enfant est "intelligent" et souriant donc on s'attarde plutôt sur un retard psychomoteur et ensuite sur les apprentissages scolaires difficiles. Celui qui ne décrypte pas le langage non verbal, n'est pas reconnu dans sa différence et sera confondu avec le groupe des enfants porteurs de déficits non verbaux, communément appelés "dyspraxiques": vaste catégorie fourre-tout. Les chercheurs qui gravitent autour de la question "dys", ont eux-même beaucoup de gêne à aborder la question de "la perception sociale" en tant que trouble d'apprentissage au même titre que celui de la lecture ou du geste, c'est un domaine auquel ils ne s'intéressent pas en France, renvoyé au champ de l'autisme. Ce clivage chez les spécialistes retarde le diagnostic d'un rare sous-groupe d'enfants (puis d'adultes) aux déficits non verbaux incluant des insuffisances dans la perception sociale (ne peuvent pas interpréter les émotions exprimées par une autre personne etc.), soit les SDNV.

    Cela explique sans doute, la difficulté apparente du diagnostic si l'on pointe aussi uniquement leurs difficultés sur le plan social, d'autant qu'elles sont plus ou moins prégnantes à chaque étape du développement... et très dépendantes du contexte. Un jeune SDNV qui ne peut rester plus de deux minutes dans un centre commercial sans développer un stress intense face à la multitude d'informations à gérer et qui montre tout à coup, un comportement d'allure autistique, se montrera en revanche, très à l'aise dans le cabinet du médecin, en relation duelle. Selon l'angle d'observation choisi, l'on s'attarde donc soit sur les difficultés "classiques" d'apprentissage, soit sur le comportement qui peut paraître "étrange", "bizarre" pour le professionnel aguerri. 




    -------------------------------




    A la base, SDNV et Asperger : ce sont des troubles du développement qui affectent la façon dont le cerveau traite l'information. Les aspects essentiels communs sont dans la petite enfance: les difficultés dans l'apprentissage des compétences pratiques et simples dans l'adaptation sociale. 

    Le SDNV, c'est un profil neuropsychologique spécifique donc ce syndrome est déterminé par des tests neuropsychologiques. 

    Le syndrome d'Asperger est déterminé par l'observation et l'histoire détaillée de la personne (normes subjectives) donc il est diagnostiquée de façon descriptive.


    Bien sûr, on schématise un peu en disant cela car une conclusion complète nécessite l'observation, une bonne connaissance de l'histoire du patient et un bilan neuropsychologique complet. 

    En fait, les deux syndromes sont cliniquement définis mais les similitudes sont nombreuses et les différences sont assez subtiles. 

    Pour les deux SDNV et Asperger, les principaux problèmes sont donc dans le domaine des relations sociales, que ce soit au travail ou à domicile. Ils sont souvent mal compris. Cependant, les SDNV ont des émotions normales (distinction par rapport à l’Asperger), mais sont inaptes à les exprimer et à les reconnaître chez les autres, dans la mesure où elles sont exprimées de façon non verbale à cause de leur difficulté à traiter l'information visuelle, un problème majeur qui n'est pas obligatoire au diagnostic du syndrome d’Asperger. Certains Asperger brillants deviennent par exemple architectes, ce n'est pas possible pour un SDNV même d'intelligence supérieure (se référer aux documents en ligne pour revoir les symptômes). 

    Alors que le chevauchement n'est pas complet, les enfants SDNV peuvent répondre aux critères de trouble envahissant du développement - non spécifié, de syndrome d'Asperger. 
    Attention cependant ! 

    L’existence de l'Asperger comme une entité distincte de diagnostic de l'autisme reste controversée. 

    Une grande partie de cette controverse découle de la présence d'enfants qui ont des déficits sociaux caractéristique de l'autisme, mais présentent des degrés moindres de troubles du langage. La question de savoir si le syndrome d'Asperger et l’autisme supérieur (l’autisme sans retard mental) sont des conditions différentes, n'est pas résolue. Dans une certaine mesure, la réponse à cette question dépend de la façon dont les cliniciens et les chercheurs font usage de cette notion de diagnostic.

    Est-il encore plus contestable de savoir s’il existe une distinction entre l'Asperger et le SDNV ? 
    La rigidité, le besoin de routine... sont présents dans les deux syndromes pourtant certains critères caractéristiques du comportement Asperger peuvent bien être utilisés pour distinguer les deux troubles.

    Rapidement !

    Le syndrome d'Asperger est caractérisé par les intérêts obsessionnels. Les personnes Asperger ont souvent une fixation sur un sujet ou un objet, voire une partie d’objet. Ce n'est jamais le cas des personnes SDNV. Leur incompétence sociale les marginalise certes et ils peuvent avoir des intérêts assez restreints par contrecoups du syndrome. Mais c'est sans ressemblance avec les Asperger. Les SDNV n'ont pas de fixation obsessionnelle sur les dinosaures ou les horaires de train ou de métro. 

    De même, les Asperger se caractériseraient par des maniérismes moteurs répétitifs (balancements, battements, torsions de main etc.). Certains symptômes peuvent se chevaucher avec les autistes de haut niveau (dit plus haut). Il ya des degrés de gravité, mais pas au point de ce qui est acceptable dans le diagnostic SDNV. D'ailleurs, ce n'est pas mentionné dans la littérature sur le SDNV. 

    Conclusion !
    Hans Asperger a écrit en 1944 à propos du syndrome d'Asperger :
    "Au cours du développement, certains traits vont prédominer ou reculer, car les problèmes présentés changent considérablement." On peut constater la même chose à propos du SDNV qui a été décrit pour la première fois en 1967. Il est donc quelques fois difficile de faire une distinction concluante à 100 %. Il existe une grande variabilité dans les symptômes qui surviennent chez un individu Asperger ou SDNV, idem du degré de sévérité de ces symptômes. Il n'ya pas deux personnes qui affichent les mêmes problèmes au même degré ou de la même manière. Chaque personne est unique, ne correspond pas nécessairement à un catalogue, heureusement. 

    Se poser la question de "ce que l'on est" par référence à des étiquettes dites "médicales", peut parfois mener à l'impasse. En effet, les "définitions" vont et viennent ! La "conception" de l'épilepsie de l'Antiquité à nos jours, en est un bel exemple.

    Les médecins font de leur mieux mais c'est un peu frustrant dans certains cas limites. Attention aux définitions différentes du SDNV qui portent avec elles des conclusions différentes quant à la capacité de le distinguer de l'Asperger ou autre. Seul un professionnel averti vous donnera un diagnostic. Assurez-vous d'avoir des explications quant à sa conclusion. L'expert doit vous dire pourquoi "il pense ce qu'il pense". 
    Ce sera plus clair pour vous.



    80 % des Asperger auraient un profil neuropsychologique de type SDNV, est-ce à dire qu'ils sont en réalité des SDNV , qu'ils peuvent être à la fois Asperger et SDNV ou que les deux se rapportent à un seul et même syndrome ? Il semble que la question soit tranchée d'ici peu puisque le syndrome d'Asperger, apparu récemment dans le DSM ( http://fr.wikipedia.org/wiki/DSM-IV ), ne figurera plus dans la nouvelle édition.


    Un certain courant aux USA, est en train de modifier le raisonnement actuel à propos de la catégorisation médicale de type inflationniste. En tant professionnels habitués aux enfants Asperger, SDNV et autres, ils sont de plus en plus nombreux à penser qu'il est bien moins stérile de rechercher les points communs entre tous afin d'assurer une meilleure prise en charge. Au-delà des problèmes spécifiques d'apprentissage induits par tel ou tel syndrome ressemblant de près ou de loin à l'autisme, qu'ont-ils tous en commun les individus qui en sont atteints ? Un trouble de la compétence sociale d'origine neurologique. Et de la même manière qu'il y a plusieurs dyslexies, faire un diagnostic ici, c'est déterminer la cause... 


    Si vous désirez en savoir plus sur les différences et similitudes "SDNV/ Asperger", une large documentation existe. Les liens sont disponibles sur ce site. 

    Un résumé non exhaustif :

    http://www.forendys.info/SDNV%20Le%20syndrome.pdf

    http://www.nldontario.org/articles/NLDvsAS.html 

    http://www.nldontheweb.org/thompson-1.htm

    http://www.nldontheweb.org/Dinklage_1.htm .

    http://www.nldline.com/yvonna.htm


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    terralia
    Lundi 16 Juillet 2012 à 22:07

    bonsoir:

    je me pose des questions sur le sdnv:

     

    pourriez vous me dire si on diagnostique le sdnv en france et ou est t'il possible dobtenir le diagnostique?

     

    et si existe un lien quelqu'onque avec le syndrome de rourke.car en faisant une recherche principalement sur le syndrome de rourke,je suis tombé sur des lien menant au sdnv ou le sydrome de rourke y a été cité a plusieurs reprise.

     

    enfin,si vous connaissez d'autres  liens en français ou je puis me renseigner sur le sdnv(car je ne parle pas anglais)

     

    merci d'avance de vos réponse.

     

    terralia

    2
    SDNV/NVLD Profil de SDNV/NVLD
    Vendredi 20 Juillet 2012 à 21:48

    Bonjour Terralia,


    Oui, bien sûr que le SDNV est diagnostiqué en France. Il n'est pas souhaitable de faire de la publicité sur tel ou tel médecin ou équipe hospitalière. En revanche, il est possible de vous renseigner à titre individuel, cela selon votre région ou l'âge de la personne qui a besoin d'un bilan. N'hésitez pas à envoyer un courriel en passant par la rubrique : "contact" afin de vous répondre à titre privé. En principe, vous pouvez aussi vous adresser au centre de dépistage des troubles des apprentissages de votre département ou directement au centre ressources autisme régional et leur poser directement la question. S'ils ne savent pas de quoi vous leur parlez..., vous avez votre réponse !


    Sur ce site, allez à "documentation" vous avez des références françaises ... , suffit de lire le nom de l'auteur et la provenance du document pour avoir déjà quelques pistes pour obtenir un rendez-vous !  Paris,Tours,Toulouse, Marseille... au moins déjà quatre hôpitaux où un bilan est possible par exemple.


    Syndrome de Rourke :

    Il s'agit chez les anglophones du Nonverbal Learning Disorder (NLD) ou Nonverbal Learning Disabiliy (NVLD).

    De par le monde, le sigle NLD est utilisé majoritairement par les praticiens et associations.

    Selon la sensibilité des chercheurs francophones, il subit cependant plusieurs traductions :

    - SDNV (Syndrome de Dysfonctions Non Verbales)

    - TANV (Trouble d'Apprentissage Non Verbal)

    - IANV (Incapacité d'Apprentissage Non Verbal)

    ou syndrome hémisphérique droit développemental, syndrome de l'hémisphère droit, syndrome de l'hémisphère mineur.


    appelé aussi "Le syndrome de Rourke" simplement parce que Mr Rourke a consacré une grande partie de ses travaux à ce syndrome, découvert d'abord en 1967 par d'autres chercheurs lorsqu'ils se sont penchés en détail sur les troubles des apprentissages. Lui-même n'a pas la prétention de l'appeler "mon syndrome", c'est un abus de langage que de l'appeler familièrement le syndrome de Rourke.

    Dr Rourke Chercheur

    www.nld-prourke.ca 



    Bon courage

    3
    terralia
    Mardi 24 Juillet 2012 à 17:38

    merci pour les infos

    terralia

    4
    terralia
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 09:14

    bonjour,

    connaitriez vous des gens qui ont le syndrome de rourke et qui sont autonome,qui ont un travail comme pour

    certains asperger?

     

    merci davance

    terralia

      • Mercredi 17 Janvier 2018 à 15:58

        En Europe, un entrepreneur des Pays-Bas dont le fils est Asperger, a fait le choix d'accueillir des  SDNV et des Asperger. 

    5
    ugo
    Mardi 16 Janvier 2018 à 05:07

    On dirait que les neuropsychologues ont inventé une nouvelle niche en copiant collant une partie du tableau clinique de l'autisme de haut niveau sans rien y ajouter. Tout comme les pédopsychiatres français l'avaient fait en inventant la disharmonie évolutive. Chose qu'ils ont fini par abandonner par manque de pertinence. Ce qui pourrait être comique si les patients ainsi faussement diagnostiqués n'avaient pas perdu du temps à cause de cette invention dialectique.

    De une il faudrait qu'il y ait des études démontrant l'étiologie de ce syndrome pour le faire passer du stade d'hypothèse purement conceptuelle à celui du trouble avéré.

    De deux il faudrait que la distinction d'avec le syndrome d'Asperger (dont l'étiologie est actuellement enfin en train de s'affirmer par des observations scientifiques, ce qui rend sa disparition du DSM au sein des TSA très discutable) soit moins absurde. Par exemple on peut parfaitement être autiste (Kanner, AHN, Asperger etc) sans avoir d'intérêts obsessionnels, bien que la chose soit fréquente c'est une caricature réductrice de croire qu'elle est systématique. Comme il est très caricatural d'affirmer que le diagnostic asperger (ou TSA) implique forcément des stéréotypies physiques marquées.

    Il est amusant d'ailleurs que juste ensuite on nous explique qu'il "existe une grande variabilité dans les symptômes qui surviennent chez un individu Asperger ou SDNV, idem du degré de sévérité de ces symptômes." Puisque cette remarque contredit les caricatures précédentes.


    De fait des personnes ayant été diagnostiquées TSA par des collèges de spécialistes au sein des CRA sont aujourd'hui perturbées par des contres diagnostics non collégiaux effectués par des neuropsychologues qui n'ont aucune preuve physiologique de l'existence du syndrome qu'ils valorisent (ce qui est dramatique de leur part, venant de psychanalystes on pourrait s'y attendre, mais venant de neuropsys c'est d'autant plus pathétique)

    Bref ça sent à dix kilomètres la querelle de clocher et une énième division toxique au sein des spécialistes étudiant les TSA.

      • Mercredi 17 Janvier 2018 à 15:54

        Disons peut être qu'il est souhaitable de distinguer des profils type au sein des TSA. En effet, l'étiquette "TSA" ne résout rien dans la prise en charge au quotidien. A l'inverse de l'Asperger, l'apprentissage scolaire est plus ardu pour l'enfant SDNV qui nécessite un soutien spécifique notamment au niveau du support visuel. De là, l'intérêt primordial du neuropsychologue. Je n'y vois pas une querelle de chapelle mais une collaboration nécessaire pour affiner le diagnostic. Tant pis si cela paraît toujours compliqué à première vue mais il existe bien un petit groupe d'individus présentant un profil spécifique à la jonction des troubles d'apprentissages appelés "DYS" et des TSA. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :